Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mars 2010

Au sujet des miracles...

(page en cours d'amélioration...)


Le Nouveau Testament atteste le fait que Jésus a réalisé de nombreux miracles, ainsi que ses disciples après lui. Rien ne prouve que cela ait dû cesser après l'ère apostolique : tout don excellent, toute donation parfaite vient d'en haut et descend du Père des lumières, chez qui n'existe aucun changement, ni l'ombre d'une variation (Jacques 1,17). Et l'histoire de l'Eglise montre en effet que Dieu continue de lui faire cadeau de nombreux miracles depuis 2000 ans. Refuser d'y voir des "signes" de son existence et de sa Providence, c'est la terrible possibilité de notre liberté.

C'est cette même liberté qu'avaient les contemporains de Jésus, dont les "signes" nombreux n'ont jamais été "suffisants" à eux seuls pour provoquer automatiquement l'adhésion de la FOI. L'acte de foi demeure toujours un acte proposé (et non imposé) par Dieu à notre liberté. Bref: le signe miraculeux dont Dieu est l'auteur conservera en général suffisamment d'obscurité pour justement laisser la possibilité de l'existence de cette adhésion volontaire, de "confiance" (foi), en son Auteur.

En effet, qui dit confiance dit, pour une part, acceptation de ne pas tout saisir ni tout comprendre. Je ne peux faire confiance à une évidence mathématique: je suis radicalement contraint de l'accepter. Mais j'ai la liberté, la possibilité, de donner ma confiance en Quelqu'un qui, pour favoriser mon adhésion à Lui, vient au secours de mon manque de foi par un acte prodigieux, merveilleux, qui contredit ou suspend les lois de la nature. Et c'est souvent la "mauvaise foi" qui est à l'origine du refus d'y voir une oeuvre de Dieu, comme Jésus lui-même l'a souligné:

"même si quelqu'un ressuscite d'entre les morts, ils ne seront pas convaincus" (Luc 17,31)


Voici ce qu'en dit le Catéchisme de l'Eglise catholique:

(n°547) Jésus accompagne ses paroles par de nombreux "miracles, prodiges et signes" ( Ac 2,22 ) qui manifestent que le Royaume est présent en Lui. Ils attestent que Jésus est le Messie annoncé (cf. Lc 7,18-23 ).

(n° 548) Les signes accomplis par Jésus témoignent que le Père l'a envoyé (cf. Jn 5,36; Jn 10,25 ). Ils invitent à croire en lui (cf. Jn 10,38 ). A ceux qui s'adressent à lui avec foi, il accorde ce qu'ils demandent (cf. Mc 5,25-34; Mc 10,52 etc.). Alors les miracles fortifient la foi en Celui qui fait les oeuvres de son Père: ils témoignent qu'il est le Fils de Dieu (cf. Jn 10,31-38 ). Mais ils peuvent aussi être "occasion de chute" ( Mt 11,6 ). Ils ne veulent pas satisfaire la curiosité et les désirs magiques. Malgré ses miracles si évidents, Jésus est rejeté par certains (cf. Jn 11,47-48 ); on l'accuse même d'agir par les démons (cf. Mc 3,22 ).

(n° 2003) La grâce est d'abord et principalement le don de l'Esprit qui nous justifie et nous sanctifie. Mais la grâce comprend aussi les dons que l'Esprit nous accorde pour nous associer à son oeuvre, pour nous rendre capables de collaborer au salut des autres et à la croissance du Corps du Christ, l'Eglise. Ce sont les grâces sacramentelles, dons propres aux différents sacrements. Ce sont en outre les grâces spéciales appellés aussi "charismes" suivant le terme grec employé par S. Paul, et qui signifie faveur, don gratuit, bienfait (cf. LG 12 ). Quel que soit leur caractère, parfois extraordinaire, comme le don des miracles ou des langues, les charismes sont ordonnés à la grâce sanctifiante, et ont pour but le bien commun de l'Eglise. Ils sont au service de la charité qui édifie l'Eglise (cf. 1Co 12 ). [fin de citation]


On entend parfois certains groupes religieux affirmer que la période des miracles a cessé. Ils se basent notamment sur un passage de St Paul (1Co 13) tiré malheureusement hors de son contexte. En réalité St Paul y compare la charité aux autres dons de l'Esprit, et évoque la vie éternelle, lorsque nous verrons Dieu "face à face" et que nous participerons à la connaissance que Dieu a Lui-même: rien n'indique ici que St Paul soit en train de parler de la période de temps qui est la nôtre. En outre, ce texte est rédigé après la Pentecôte, l'expression "quand ce qui est parfait sera venu" ne fait donc pas allusion à la descente de l'Esprit Saint sur les Apôtres (Pentecôte), mais bien à la vie éternelle, et c'est dans cette vie éternelle que les prophéties et miracles n'auront plus raison d'être :

La charité ne passe jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. 9 Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, 10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. 11 Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant. 12 Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme je suis connu. 13 Maintenant donc ces trois choses demeurent: la foi, l'espérance, la charité; mais la plus grande de ces choses, c'est la charité.

1Co 13,8-13


Plus encore, la parole de Jésus ne sous-entend aucune limite, ni de temps ni de catégorie de personnes, à l'efficacité de la foi en lui: tous ceux qui croiront en lui ("toute la création") obtiendront de bénéficier de sa puissance.

Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. 17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; 18 ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.

Matthieu 16,15-18


La prière faite avec foi peut obtenir des miracles :

Ce n'est pas vous qui m'avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne.

Jean 15,16


Jésus affirme même que quiconque croira en lui fera des oeuvres "plus grandes" que les siennes! voici :

En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je vais vers le Père; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.

Jean 14,12-14


« Ayez foi en Dieu. En vérité je vous le dis: si quelqu'un dit à cette montagne: 'soulève-toi et jette-toi dans la mer', et s'il n'hésite pas dans son coeur, mais croit que ce qu'il dit va arriver, cela lui sera accordé. C'est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l'avez reçu et cela vous sera accordé »  (d'où l'expression: la foi transporte les montagnes)

Marc 11,23-24


"Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous auriez dit au sycomore que voilà: "déracine-toi et va te planter dans la mer" et il vous aurait obéi". (ô combien d'exemples dans la vie des saints depuis 2000 ans!)

Luc 17,5


"La supplication fervente du juste a beaucoup de puissance. Elie était un homme semblable à nous : il pria instamment qu'il n'y eût pas de pluie, et il n'y eut pas de pluie sur la terre pendant 3 ans et 6 mois. Puis il pria de nouveau: le ciel donna de la pluie et la terre produisit son fruit".

Jacques 5,17-18


Revenons à St Paul: dans la 1ère au Corinthiens chapitre 12, il parle clairement des dons que l'Esprit Saint accorde, sans spécifier de limite de temps ni de catégorie de personnes parmi les baptisés. Il souligne que cette distribution de dons de toutes sortes est le fruit de la libre volonté de l'Esprit. (Très intéressante est d'ailleurs la mention des 3 (Esprit, Seigneur, Dieu) et le parallélisme dans la construction littéraire des deux passages où l'action de l'Esprit, puis celle de Dieu, sont décrites de manière identique: c'est bien le même Dieu-Père, Seigneur-Fils, Esprit, qui opère).


1 Pour ce qui est des dons spirituels, frères, je ne veux pas vous voir dans l'ignorance. (...)  4 Il y a, certes, diversité de dons spirituels, mais c'est le même Esprit; 5 diversité de ministères, mais c'est le même Seigneur; 6 diversité d'opérations, mais c'est le même Dieu qui opère tout en tous. 7 A chacun la manifestation de l'Esprit est donnée en vue du bien commun. 8 A l'un, c'est un discours de sagesse qui est donné par l'Esprit; à tel autre un discours de science, selon le même Esprit; 9 à un autre la foi, dans le même Esprit; à tel autre les dons de guérisons, dans l'unique Esprit; 10 à tel autre la puissance d'opérer des miracles; à tel autre la prophétie; à tel autre le discernement des esprits; à un autre les diversités de langues, à tel autre le don de les interpréter. 11 Mais tout cela, c'est l'unique et même Esprit qui l'opère, distribuant ses dons à chacun en particulier comme il l'entend.
(...)
27 Or vous êtes, vous, le corps du Christ, et membres chacun pour sa part. 28 Et ceux que Dieu a établis dans l'Eglise sont premièrement les apôtres, deuxièmement les prophètes, troisièmement les docteurs... Puis il y a les miracles, puis les dons de guérisons, d'assistance, de gouvernement, les diversités de langues. 29 Tous sont-ils apôtres? Tous prophètes? Tous docteurs? Tous font-ils des miracles? 30 Tous ont-ils des dons de guérisons? Tous parlent-ils en langues? Tous interprètent-ils?
Mais, de fait, Dieu a placé les membres, et chacun d'eux dans le corps, selon qu'il a voulu.

1 Co 12,1-11.27-30



==> Dédaigner les miracles qui se sont produits depuis 2000 dans l'Eglise,
ne serait-ce pas fermer volontairement les yeux devant l'action de Dieu?

"Malheur à toi, Chorazeïn! Malheur à toi, Bethsaïde!
Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous
avaient eu lieu à Tyr et à Sidon,
il y a longtemps que, sous le sac et assises dans la cendre,
elles se seraient repenties
.
Aussi bien, pour Tyr et Sidon
il y aura moins de rigueur, lors du Jugement, que pour vous.
Et toi, Capharnaüm, crois-tu que tu seras élevée jusqu'au ciel?
Jusqu'à l'Hadès tu descendras!

Luc 10,13-15


Pour le dire positivement :o)
accueillons avec foi l'amour de Dieu,
Il nous aime, c'est pourquoi
Il désire mettre sa puissance à notre service,
goûtons la joie de Le laisser nous aimer.

"Venez à moi vous tous qui peinez... et je vous soulagerai" (Mt 11,25)

Seigneur: "augmente en nous la foi" (Luc 17,5)

Publié dans 7. MIRACLES ET APPARITIONS |

Les commentaires sont fermés.